Augusto Dias (1842 – 1915)

03/10/2010
Par

On peut considérer Augusto Dias comme l’un des inventeurs de l’ukulélé. Il fut parmi les premiers, sinon le tout premier à apporter aux Hawaii, introduire auprès du roi, puis fabriquer et vendre à Honolulu le petit instrument qui allait bientôt prendre le nom de ukulele.

Né le 3 octobre 1848 à Funchal, sur l’île de Madère, Augusto Dias, fils de tonnelier, et tonnelier lui-même, devient ébéniste quand le phylloxéra entreprend de ravager les vignes. Il est aussi excellent chanteur, joueur de guitare (viola), de machete, et connaît la lutherie. Mais au fléau qui a détruit les récoltes vinicoles de madère viennent bientôt s’ajouter ceux du choléra, puis de la famine. La population s’enfuit. En 1878, Dias accepte un contrat d’ouvrier agricole à l’autre bout du monde, aux îles Hawaii, où les grandes plantations de canne à sucre réclament la main-d’œuvre étrangère. Il embarque avec sa famille à bord du Ravenscrag et atteint le port d’Honolulu le 29 août 1879. La date entre dans l’histoire puisque Augusto Dias, et avec lui d’autres immigrants portugais apportent non seulement les instruments de musique qu’ils jouaient à Funchal, mais pour certains, tels aussi Manuel Nunes et Jose do Esperito Santo, le savoir-faire qui permet de les fabriquer.
Pour lors, tous doivent d’abord honorer leur contrat de travail et rembourser le prix exorbitant du long et périlleux voyage depuis Madère. Jusqu’en 1883, Dias coupe la canne dans les champs d’Hawaii et de Kauai. En 1884, la famille Dias, neuf enfants, s’installe à Honolulu, au 11 King Street, et Augusto reprend ses activités d’ébéniste et de luthier : « guitares, machetes et tous instruments à cordes », selon une publicité parue l’année suivante dans le journal Luso O Hawaii. Le roi Kalakaua lui-même vient en client à la petite échoppe de Chinatown et invite Augusto à jouer la machete aux soirées qu’il donne au bungalow royal. La cour s’entiche pour le petit instrument, bientôt on le joue sur toutes les îles où il prend le nom de ukulele.
Après le grand incendie qui détruit tout Chinatown le 22 janvier 1900, Augusto travaille comme ouvrier ébéniste chez Porter Furniture Co mais continue la fabrication d’ukulélés à son nouveau domicile de Luso Street. En 1907 il ouvre boutique dans Union Street. Hélas, sa santé déclinante l’oblige à cesser ses activités en 1911.
Augusto Dias décède le 5 février 1915, quelques jours avant l’ouverture à San Francisco de la Panama-Pacific International Exposition où l’Amérique tout entière découvre l’ukulélé.

(Photo collection Jim Tranquada)

Tags:

One Response to Augusto Dias (1842 – 1915)

  1. Stella Dias Le 03/01/2013 à 13:17

    This Augusto Dias related to John Souza Dias who married Mary Ferriera, my dad said that’s his cousin t trying to confirm that. My husband being making ukuleles, n he put his heart in it. Anyway I m trying to confirm if his related to the John Dias family. Thank you

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *