Glossaire

26/03/2011
Par

Glossaire « in progress » des termes français, anglais, hawaiiens et autres associés au ukulélé.

N’hésitez pas à signaler les manques, imprécisions et éventuelles erreurs par email ou dans les commentaires.

Sauf indication contraire, on considère ci-dessous que l’instrument est tenu de la façon standard, en droitier, la main gauche au manche, et la main droite vers le corps de l’instrument. La main droite vient frapper les cordes, la main gauche presse les cordes sur la touche.

merci de ne pas copier le contenu mais de renvoyer des liens !


de A à Z

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z


A

A (anglais) : la note La et l’accord de La majeur

à vide : voir vide.

abalone : ormeau (nacre irisée du coquillage)

accord : ensemble de notes jouées simultanément. Un accord est défini par sa note fondamentale (root note en anglais) et des intervalles de notes. ex: accord majeur = tonale:1, tierce majeure:3 (2 tons de plus que la fondamentale); quinte:5 (3 tons et demi de plus que la fondamentale).

accord ou accordage : notes des cordes à vide de l’instrument. Le ukulélé a un accord standard en Do sixième : de bas en haut dans l’ordre des cordes Sol Do Mi La, du grave à l’aigu Do Mi Sol La.

accord ouvert ou accordage ouvert : (open tuning en anglais) au lieu de l’accordage standard, on peut accorder l’instrument sur un accord majeur ou mineur à vide (ouvert). Les positions d’accords sont évidemment modifiées. exemple : accord en quarte de bas en haut Sol Do Fa Sol.

accord renversé : voir renversement.

accorder : opération de réglage de la tension des cordes afin que la note qu’elles émettent à vide corresponde à l’accord souhaité.

action : distance entre les cordes et la touche du ukulélé. L’action est en général plus importante vers les aigus, on la mesure d’habitude à la douzième frette.

adagio (italien) : à l’aise, indication de tempo musical, 60 à 80 pulsations par minute.

andante (italien) : allant, modéré, indication de tempo musical, 76 à 100 pulsations par minute.

arpège : jouer successivement les notes d’un accord.


B

B (anglais) : la note Si et l’accord de Si majeur

back (anglais) : dos

bag (anglais) : housse d’ukulélé

banjolele : banjo construit aux dimensions d’un ukulélé (manche et accord), fort prisé dans la perfide Albion à cause de George Formby.

banjo-ukulele : voir banjolele.

Banjulele : Marque déposée par Alvin K. Keech (voir banjolele)

barrette : voir frette.

bidonlélé : ukulélé dont la caisse de résonance est constituée d’un bidon (voir canuke)

binding (anglais) : filet de bordures

biscuit (anglais ou français suivant la prononciation) : pièce de bois spécifique aux ukulélés à résonateur système National, qui forme le sommet du cône (le résonateur proprement dit) et porte le sillet sur lequel repose les cordes.

bouche : ouverture normalement circulaire sur la table du ukulélé qui permet une meilleure projection du son. Les banjos et les ukulélés à résonateur n’ont (normalement) pas de bouche.

body (anglais) : corps, caisse.

box (anglais) : voir : corps – caisse

braces/bracing (anglais) : barrages de caisse, de table d’harmonie.

bridge (anglais) : chevalet


C

C (anglais) : la note Do et l’accord de Do majeur

caisse ou corps : la caisse du ukulélé est le volume délimité par la table, les éclisses et le dos. Il sert à faire résonner le son, l’ouverture de la bouche de l’instrument en permettant la projection. Le manche y est fixé. La caisse est constituée sur le dessus ou le devant par la table d’harmonie, sur les côtés par les éclisses, et en dessous ou à l’arrière par le fond ou dos. Elle a traditionnellement la forme d’un huit ou une forme vaguement ovale écrasée appelée pineapple.

canuke (anglais) : ukulélé dont la caisse de résonance est constituée d’un bidon (voir bidonlélé).

case : une case est l’espace entre deux frettes (ou entre le sillet de tête et la première frette pour la première case) sur la touche du ukulélé. Les ukulélés sopranos ont habituellement au moins douze cases. Les cases sont numérotés depuis la tête vers la bouche de l’instrument. La douzième case, encadrée par la onzième et la douzième frette, quand elle est frettée, donne la note de la corde à vide à l’octave supérieure (ex: la corde de Do frettée à la douzième case permet de jouer le Do une octave plus aigu).

case (anglais) : étui rigide.

cedar (anglais) : cèdre

cherry wood (anglais) : cerisier.

chevalet : le chevalet est une pièce, généralement en bois, collée sur la table du ukulélé. Il présente des trous dans lesquels on noue les cordes, ou des fentes dans lesquelles un nœud au bout la corde vient se coincer. Les cordes exercent une traction sur le chevalet. Le sillet de chevalet peut être façonné dans le chevalet lui-même ou plus couramment être une pièce supplémentaire de bois ou d’os coincée dans une fente du chevalet perpendiculaire à l’axe des cordes.

chevalet flottant : c’est le chevalet que l’on retrouve sur les banjolélés et certains ukulélés. Les cordes ne sont pas fixées au chevalet flottant mais à un cordier, elles exercent dans ce cas une pression sur le chevalet. Le propre du chevalet flottant est d’être mobile, mais il peut éventuellement être collé (sauf sur les banjolélés).

chord (anglais) : accord.

cocolélé ; cocolele : ukulélé dont la caisse de résonance est constituée d’une noix de coco.

cône : pièce fondamentale des ukulélés à résonateurs, c’est une sorte de cône d’aluminium, aplati, qui amplifie la vibration des cordes – sous la pression desquelles il repose – à la façon d’un haut parleur. Le cône, pour le système National est surmonté par un biscuit qui porte un sillet, et protégé par le coverplate ou couvercle. Dans le système Dobro, le cône a une forme inversée et présente un angle, le biscuit y a été remplacé par une autre pièce métallique formée de quatre ou huit branches qui repose non pas au sommet du cône mais sur ses bords et que l’on appelle spider web.

cordes : les cordes du ukulélé sont habituellement des fils de nylon de différents diamètre. Les cordes destinées à être accordées sur les notes les plus graves ont un diamètre plus épais, les plus aiguës ont un diamètre plus fin. Elles peuvent être filées pour réduire leur diamètre, elles peuvent aussi être en boyau et beaucoup plus rarement en métal (instrument à amplification magnétique et de rares ukulélés). La majorité des ukulélés ne peut pas supporter la tension des cordes métalliques. Elles sont numérotées de bas en haut : en position de jeu normale la première corde est la plus près des pieds, la quatrième corde est la plus près de la tête.

cordes filées : au lieu d’un fil de nylon, ces cordes sont composées d’un fil de soie synthétique (ou de métal sur les instruments à cordes métalliques) entouré d’un fil métallique en spirales très serrées, ce qui augmente leur poids et permet d’avoir un diamètre plus réduit qu’une corde en nylon ou en boyau. Les cordes filées sont plus sensibles à l’oxydation et à l’usure que les cordes en nylon.

corde à vide : voir vide.

cordier : partie de l’instrument qui sert à attacher les cordes côté corps. Si les cordes sont attachées ou coincées dans le chevalet on ne parle en général pas de cordier. Quand le chevalet est flottant ou sur les instruments à résonateurs, les cordes sont fixées sur le cordier, qui peut être une pièce rapportée (en métal ou en bois) ou des trous aménagés à cet effet (par exemple dans le coverplate sur les résonateurs).

corps : voir caisse.

couvercle : voir coverplate.

coverplate (anglais) : couvercle, dessus de plat, désigne la pièce qui, sur les ukulélés à résonateurs, recouvre et protège le fragile cône d’aluminium et le fragile sillet du biscuit ou de la spider web.

curly (anglais) : ondé, se dit du koa ou de l’érable

cutaway (anglais) : pan-coupé.


D

D (anglais) : la note Ré et l’accord de ré majeur

decal (anglais) : décalcomanie

diapason (caractéristique de l’instrument) : le diapason d’un ukulélé désigne la longueur de corde vibrante, c’est à dire la longueur des cordes du sillet de tête au sillet de chevalet. Le diapason ne détermine pas la hauteur des notes, il sert de référence pour différencier les tailles d’ukulélés (soprano, concert, ténor, baryton).

diapason (outil) : fourche métallique à deux branches dont la vibration donne une note de référence – en général le La à 440 Hz. Il peut être remplacé par un dispositif électronique qui donnera une note par synthèse sonore.

dim : voir diminué.

diminished (anglais) : voir diminué.

diminuée (note) : note baissée d’un demi-on, bémolisée.

diminué (accord) : accord formée par la note fondamentale, sa tierce mineure (un ton et demi de plus que la fondamentale) et sa quinte diminuée (trois tons de plus que la fondamentale). Sur le ukulélé on joue souvent des accords diminués avec septième diminuée à la place des diminués, c’est à dire qu’on y ajoute la septième mineure diminuée (quatre tons et demi de plus que la fondamentale). Par exemple un accord de Do formé de do, Mi et Sol devient Do, Mi bémol et Sol bémol en diminué, un accord de Do septième (Do Mi Sol Si bémol) devient Do Mi bémol Sol bémol La (Si double bémol). Formule : Fondamentale, 3b, 5b, 6 (=7bb).

dos : voir fond.

dot – position dot (anglais) : repère sur la touche


E

E (anglais) : la note Mi et l’accord de Mi majeur

ebony (anglais) : ébène

éclisse : partie latérale de la caisse d’un ukulélé, faite en général d’une fine planche de bois (ou de contreplaqué) cintrée à chaud pour lui donner sa forme.


F

F (anglais) : la note Fa et l’accord de Fa majeur

fan stroke (anglais) : battue en éventail, sorte de triplet stroke avec un effet visuel appuyé. Les cordes sont frappées par la main droite d’abord en ouvrant largement la main par le petit doigt, puis par le pouce et en remontant par l’index replié. On peut l’utiliser en triolet ou pour reprendre une battue largement utilisée par Formby à la manière du split stroke, deux fans strokes suivis d’une battue bas-haut, soit pour les huit croches d’une mesure à quatre temps : 1 fan auriculaire(bas), 2 fan pouce(bas), 3 fan index (haut), 4 comme 1, 5 comme 2, 6 comme 3, 7 bas, 8 haut.

fingerboard (anglais) : touche

finish (anglais) : vernis

flat-bottom (angalis) : fond ou dos plat

fond : surface à l’arrière de la caisse, en général plane mais aussi souvent présentant une légère courbure. Certains ukulélés imitent le charango ou le timple avec une caisse sans éclisse et un fond courbe (complètement ou en tranches successives).

fondamentale : la note fondamentale d’un accord est celle qui donne son nom à l’accord. Par exemple la fondamentale d’une accord de Do (majeur, mineur, dminué, etc…) est Do.

Formby stroke (anglais) : voir split stroke.

frappe : désigne en français de Polynésie les différentes techniques de main droite sur l »ukulélé.

fret (anglais) : frette ou barrette

frette : petites barres verticales (en position de jeu) sur la touche, en général métallique et plantées dans la touche, qui sont positionnées tous les demis-tons. Les frettes sont numérotées de la tête vers la bouche.

fretter (musique) : action de presser une corde du ukulélé contre la touche (dans une case), le plus près possible de la frette supérieure, en exerçant une force perpendiculaire à la surface de la touche afin de ne pas tirer la corde vers le bas ou la repousser vers le haut – ce qu’on peut souhaiter cependant faire parfois afin de moduler la hauteur de la note.


G

G (anglais) : la note Sol et l’accord de Sol majeur

gauge (anglais) : expression (mesure) du diamètre des cordes.

gloss finish (anglais) : finition vernis brillant

grille d’accords : séquence des accords utilisés dans un morceau. Ils peuvent être présentés de nombreuses façons, par exemple les changements d’accords sont indiqués par rapport au texte d’une chanson au dessus des paroles, ou dans d’autres cas la signature rythmique est donnée (3/4 ou 4/4 par exemple) et les accords sont indiqués dans des cases correspondant à chaque mesure, ou bien séparés par des signes comme une barre diagonales (/) ou verticale (|) qui indiquent le changement de mesure – dans ce cas si on ne change pas d’accord pendant plusieurs mesures successives il est d’un usage courant de ne pas répéter l’accord mais de laisser une case vide ou un signe « % » (pour imiter le signe de répétition en solfège) ou « -« . Quand les grilles d’accords notées en tableau, il arrive qu’on affecte à chaque phrase des lettres (ex: A, B et C) puis qu’on indique la structure du morceau par une formule (ex: ABBAC). Toujours dans les grilles d’accords notées en tableau, on indique plusieurs changement d’accords dans une même mesure en divisant la case en moitié ou en quarts, par les médianes ou les diagonales.

guitare : chordophone généralement à six chœurs de la famille du ukulélé.

gut string (anglais) : corde boyau


H

hammer-on (anglais) : marteler, fretter une corde qui vibrait déjà, sans se servir de la main droite, afin d’augmenter la hauteur de la note précédemment jouée sur une corde à vide ou frettée sur une note plus grave. Pour la guitare classique on parle parfois de legato. Le hammer-on demande souvent une certaine rapidité d’exécution et un geste ferme sur la corde (d’où son nom) afin que la percussion du doigt sur la corde la fasse vibrer. Le hammer-on est indiqué par un « H » sur les tablatures (ne pas confondre avec les harmoniques qui sont parfois aussi indiquées par un H mais au-dessus de la tablature). Il est très souvent utilisé avec le pull-off.

Hawaii – Hawai’i : archipel de l’océan Pacifique d’où le ukulélé est originaire.

head/headstock (anglais) : tête

heel (anglais) : talon


I

inlay (anglais) : incrustation (de nacre, d’ivoire)

intonation (anglais) : justesse

ivory (anglais) : ivoire


J


K

kamaka (tahitien) : désigne en Polynésie française l’ukulélé hawaiien, de marque Kamaka ou de toute autre marque, par opposition à l’ukulélé polynésien.

koa (hawaiien) : bois de koa, acacia d’Hawaii


L

label (anglais) : étiquette indiquant la marque de l’instrument

largo (italien) : large, indication de tempo musical, 40 à 60 pulsations par minute.

lento (italien) : lent, indication de tempo musical, 52 à 68 pulsations par minute.

Lili’u : Ukulélé 6 cordes fabriqué par Kamaka en l’honneur de la reine Liliu’okalani


M

mahogany (anglais) : acajou

major (anglais) : majeur (en parlant d’un accord).

manche : pièce de bois allongée jointe au corps du ukulélé. Le manche porte la tête de l’instrument, la partie recourbée à la jonction avec le corps est le talon. Sur la face avant du manche on retrouve la touche – qui est habituellement une pièce de bois collée sur le manche – sur laquelle sont plantées les frettes. L’arrière du manche présente une courbure plus ou moins aplatie. Le profil du manche est un élément essentiel dans le confort de jeu de l’instrument.

maple (anglais) : érable

mother of pearl (anglais) : nacre

mother of toilet seat (anglais) : fausse nacre

musique : peut se produire lorsque le ukulélé est utilisé correctement.


N

neck (anglais) : manche

Nylon (anglais) : Nylon des cordes remplaçant le boyau

nut (anglais) : sillet de tête


O

open tuning (anglais) : accord ouvert.


P

P (tablatures) : pull-off.

pan-coupé : échancrure sur la caisse sous la jonction manche-corps, destinée à atteindre plus aisément les cases situées au delà de ladite jonction (après la douzième case en général).

peg (anglais) : cheville

perloid (anglais) : fausse nacre

pick – felt-pick (anglais) : médiator ; médiator en feutre

pick – thumb-pick (anglais) : onglet ; onglet de pouce

pick-up (anglais) : micro

pineapple (anglais) : ananas, désigne la forme de ukulélé inventée par Samuel Kamaka, les éclisses ne présentent qu’une courbure et la table, vue de face, offre une forme ovoïde écrasée vers le bout de l’instrument.

plywood (anglais) : contreplaqué.

pull-off (anglais) : crocheter, retirer le doigt qui tenait une corde sur une certaine frette afin de laisser entendre la corde à vide ou la corde frettée sur une case inférieure. En général on tire légèrement la corde en retirant le doigt afin de faire vibrer la corde et prolonger la durée de la note. Le « pull-off » est indiqué par un P sur les tablatures, il est très souvent utilisé avec le hammer-on.


Q


R

résonateur (ukulélé à) : ukulélé construit suivant le système National ou Dobro. Il n’y a pas de table d’harmonie, elle est remplacée par un cône léger et fragile en aluminium qui amplifie la vibration des cordes. Le cône, suivant les système, est surmonté par un biscuit ou un spider web, l’ensemble étant normalement protégé par un coverplate.

resophonic : voir résonateur (ukulélé à).

reso-uke (angloïde) : voir résonateur (ukulélé à).

roll (anglais) : roulement, jouer plusieurs cordes en détachant les doigts de la main droite, les cordes sont ainsi frappées plusieurs fois dans un temps, donnant un effet de roulement. Il existe plusieurs technique de roll.

root (anglais) : la root note d’un accord est la fondamentale, voir fondamentale.

rope binding (anglais) : filet de bordures de plusieurs couleurs alternées

rosewood (anglais) : palissandre

roulement : voir roll.


S

saddle (anglais) : sillet de chevalet.

scale (anglais) : diapason de l’instrument.

sillet : les sillets sont des pièces de bois, d’os ou d’un équivalent synthétique sur lesquelles les cordes reposent. Sur un ukulélé standard on trouve deux sillets, l’un à la base de la tête au bord de la touche, le sillet de tête, l’autre sur le chevalet (lui-même sur la caisse) appelé sillet de chevalet. Le réglage des sillets permet de régler l’action et dans une certaine mesure la justesse d’un instrument. Le sillet de chevalet peut-être simplement façonné dans le chevalet, ce qui ne simplifie pas son réglage.

septième : la septième note de la gamme. Dans les accords, un accord de septième désigne un accord de septième de dominante, c’est à dire un accord majeur auquel on ajoute une septième mineure. Un accord de septième majeure (c’est la septième qui y est majeure) est un accord majeur auquel on ajoute une septième majeure. Formules : pour l’accord de septième (de dominante) fondamentale+3+5+7b, pour l’accord de septième majeure fondamentale+3+5+7.

side (anglais) : éclisse

solid wood (anglais) : bois massif.

sound hole (anglais) : rosace, bouche

spider web (anglais) : toile d’araignée, pièce métallique spécifique aux ukulélés à résonateurs utilisant le système Dobro. Il porte le sillet, et présente quatre ou huit branches qui évoquent vaguement une toile araignée – autant que le tampon de bois des résonateurs National peut évoquer un biscuit.

split stroke (anglais) : battue interrompue. Battue notamment utilisé à foison par George Formby, qui consiste à découper une mesure de quatre temps en huit croches. Explication : tenir un accord, 1 frapper les cordes vers le bas en accentuant, 2 frapper les cordes vers le haut, 3 frapper les cordes vers le bas 4 répéter 1 dans un mouvement rapide qui fait une légère syncope, 5 répéter 2, 6 répéter 3, 7 répéter 1 (idem que 4), 8 répéter 2, et reprendre de même à la mesure suivante en partant de 1. Les 8 demi-temps présenteront ainsi une structure 123-123-12, Bas-haut-bas Bas-haut-bas Bas-haut, le rythme à 4 temps semble se dérouler en deux fois trois temps et une fois deux temps. Le « Formby stroke » se joue de façon analogue mais en isolant des cordes sur les demi-temps 2 et 3 (et 5 et 6 et 8) : tenir un accord, avec l’index 1 frapper toutes les cordes vers le bas, 2 relacher à la main gauche la corde du bas et jouer la première corde (du bas) vers le haut, 3 jouer la quatrième corde (du haut) vers le bas, 4 répéter 1, 5 répéter 2, 6 répéter 3, 7 répéter 1, 8 répéter 2, et reprendre de même à la mesure suivante en partant de 1.

spruce (anglais) : pin

strap (anglais) : sangle

string (anglais) : corde

strum (anglais) : battue, frapper à la main droite tout ou partie des cordes afin de les faire vibrer. On peut battre les cordes avec l’index (ongle vers le bas, pulpe du doigt vers le haut), le pouce, plusieurs doigts pour faire un roll, différents doigts successivement pour jouer certain motifs rythmiques, etc… Strum ou stroke désignent également souvent les motifs de battues (ou strumming pattern) : rag-stroke, split-stroke, etc…

stroke (anglais) : synonyme de strum.

Styron : marque déposée d’un polystyrène utilisé pour la fabrication d’ukulélés en matière plastique.

sunburst (anglais) : finition en dégradé


T

tablature : notation musicale représentant les cordes de l’instrument. La corde du bas est en haut, comme si on regardait la touche de l’instrument du dessus, posé sur les genoux. Les cordes sont en général représentées par quatre lignes sur lesquelles sont écrits des chiffres qui représentent les cases que l’on doit fretter. Parfois les tablatures sont écrites sur cinq lignes, les cordes sont alors représentées par les quatre interlignes dans lesquels sont écrits les chiffres. Dans leur aspect le plus simple, les tablatures ne donnent pas d’indication de durée des notes, les durées peuvent être représentées par l’espace horizontal entre les chiffres, ou par des notes ou barres verticales au dessus de la tablatures. Elles peuvent également accompagner une notation traditionnelle en solfège sur une portée en clef de Sol, la tablature complète ainsi la notation en solfège en indiquant alors sur quelle corde une note doit être jouée. D’autres indications de jeu peuvent garnir la tablature, vibrato, indication de tempo, vibrato, roll, etc… La tablature se lit par tranches verticales de gauche à droite, des notes écrites sur une même colonne se jouent simultanément.

table ou table d’harmonie: pièce de bois fine et normalement plane qui constitue le dessus ou devant de la caisse du ukulélé. La table d’harmonie peut-être fabriquée en diverses essences, sur le ukulélé on trouve souvent de l’acajou, du koa, de l’épicéa, de l’érable.

tailpiece (anglais) : cordier.

tempérament : sur un instrument tempéré les demis tons entre les notes ont tous la même hauteur. Sur un instrument non tempéré, par exemple on distingue le Mi dièse et le Fa, sur un instrument tempéré Mi dièse et Fa sont enharmoniques, c’est à dire qu’ils ont la même hauteur et qu’on ne les distingue pas. Le ukulélé est un instrument tempéré.

tempéré : voir tempérament.

tête : la tête est la partie à l’extrémité du manche, au dessus du sillet de tête, qui porte les clefs d’accordage (chevilles, clefs à friction ou mécaniques à vis sans fin).

triplet stroke : motifs de battue consistant à jouer les cordes en trois temps, par exemple en ouvrant la main pour frapper les cordes vers le bas, puis en les jouant avec le pouce, et en remontant les doigts. Le triplet stroke peut servir à jouer des triolets, si il se fait en un temps, ou à varier les rythmes par exemple en l’utilisant à la place d’un split stroke (voir fan stroke), ou pour un rythme de valse soutenu. Suivant le triplet stroke et les doigts utilisés, on accentue l’un ou l’autre des temps des trois notes. Le fan stroke est une forme de triplet stroke. Chaque formule de triplet stroke a de petites variations rythmiques dues à la manière de l’exécuter, un groove particulier que l’on peut accentuer ou masquer.

tuning peg (anglais) : bouton des clefs, des chevilles ou des mécaniques.


U

uke : diminutif anglais de ukulele (voir ukulele).

ukelele : forme anglaise alternative de ukulele (voir ukulélé).

ukulélé (en anglais, et parfois en français : ukulele ; en hawaiien moderne : ‘ukulele) : petit chordophone hawaiien doté de quatre chœurs. Voir le reste du site pour plus de détails.

ukulélé à résonateur : voir résonateur.


V

vide, à vide, corde à vide : une corde est dite jouée à vide si elle est jouée sans qu’on la frette. Dans l’accordage standard du ukulélé, les cordes à vides de bas en haut donnent les notes Sol, Do, Mi et La.


W

walnut (anglais) : noyer.


X


Y


Z


Tags: ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *