Small Fry, un concentré de musique qui tient dans la poche

20/09/2012
Par

Bonjour,

à l’heure où vous lirez ces lignes, je serai en partance pour Londres, pour me rendre au concert du Ukulele Orchestra of great Britain au Royal Albert Hall. Mais ce n’est pas du groupe dont je vais vous parler aujourd’hui mais d’un de ses membres. A l’occasion de la sortie du second album solo de Will Grove-White, j’ai réalisé une interview de Will (1).

Tu viens de sortir Small Fry ton second album solo. Tu peux nous le décrire en quelques mots ?

C’est une sélection de nouvelles chansons, jouées avec autant de mini instruments sur lesquels j’ai pu mettre la main. C’est un album bizarre, avec beaucoup de combinaisons musicales étranges. Mais c’est un album marrant. Qui met en avant les mélodies et les paroles, j’espère.

Dan et le mini accordéon (photo Will Grove-White)

Tu as enregistré avec des mini instruments : mini batterie, mini saxophone, bass ukulélé, piccolo trombone ou encore flute de nez. Pourquoi ? Pour le challenge ? Pour avoir une expérience musicale nouvelle avec un son différent ? ou juste parce que tu aimes les petites choses ? 

Pour toutes ces raisons en fait. J’ai toujours aimé les choses petites -je joue de l’ukulélé bien sûr- mais j’ai pratiquement toute une collection de petits automates et d’objects étranges qui remplissent les étagères de la maison. Ils ont toujours eu un attrait particulier pour moi. Côté acoustique, la principale raison est que mon premier album sonnait un peu «petit» pour moi, si cela a du sens, et c’est quelque chose que les gens ont apprécié. Je trouve qu’on produit de la musique avec excès ces derniers temps et c’était marrant d’essayer de faire sonner cet album comme quelque chose qui tiendrait dans votre poche, tout en le gardant aussi « groovy » que possible.

Comment ont réagi les musiciens quand tu leur as parlé des mini instruments ? 

Ben et son mini saxophone (photo Will Grove-White)

Tout le monde était très excité. J’ai trouvé des musiciens qui sont toujours partants pour de nouveaux challenges. J’avais ce kit de batterie pour enfants depuis des lustres, que j’avais acheté à Edinbourg lors d’un concert avec le Ukulele Orchestra. Je l’ai emmené chez Pat Levett, il l’a équipé avec une peau adaptée, il a reconstruit la caisse claire, et adaptée le charley. ça sonnait super bien, j’ai donc décidé à ce moment-là d’enregistrer un album entier en utilisant des mini instruments.

 

Will et son mini ukulele (photo Will Grove-White

Est-ce qu’il a été difficile de trouver ces instruments ? Il est maintenant relativement facile de trouver une « basse ukulélé » mais tout le monde n’a pas de « piccolo trombone » !

Quand j’ai compris qu’utiliser des mini instruments était ce que je voulais faire, trouver davantage d’instruments n’était plus ma préoccupation principale. Je me suis allé à la pêche sur le net. J’ai trouvé le piccolo trombone dans un magasin au Danemark. C’était un peu cher mais j’ai pensais que ça valait le coup. Le son ressemble à celui d’un kazoo de luxe, mais dans les mains de John cela devient (presque) de toute beauté. Concernant l’harmonica bass, c’est le genre de chose que j’ai toujours voulu avoir, et maintenant il existe des modèles chinois pas cher qui sonnent très bien.

Quand je t’ai interviewé pour la sortie de ton premier album, tu m’avais dit : « J’essaie d’écrire en ce moment, je voudrais faire un autre album rapidement, mais nous sommes très occupés avec le Ukulele Orchestra et cela me prend pratiquement tout mon temps. » Tu es très occupé à tourner à travers le monde avec le groupe. Comment tu as travaillé sur ce nouvel album ? Est-ce que tu avais déjà écrit des chansons ou est-ce que tu as tout écrit après la sortie de ton premier album ?

J’ai du faire cet album par petits morceaux, entre deux concerts du Ukulele Orchestra. Mais j’ai aussi l’avantage maintenant de pouvoir travailler sur la route, avec mon ordinateur portable et ProTools, le logiciel que j’utilise pour éditer mes musiques. Du coup je peux peaufiner mon travail dans le train, dans le bus de tournée ou même pendant le vol qui nous emmenait en Australie. Quelques-unes des chansons avaient déjà été écrites et construites avant suite à un long travail acharné. J’ai découvert que la procrastination était le pire ennemi du travail créatif. La clé, c’est de foncer.

Est-ce que tu as toujours la même manière de travailler ? Qu’est-ce que tu écris en premier : la musique, les paroles ? Comment travailles-tu ? 

Dylan et le mini violon (photo Will Grove-White)

En ce qui me concerne, il n’y a pas qu’une manière d’écrire les chansons. Quelquefois j’ai des idées de paroles que je peux associer à une musique, ou une musique qui me suggère des paroles que je retravaille plus tard. Mais souvent c’est le fil conducteur mélodique qui aide le plus, et le reste coule de source. Il y a d’autres éléments qui me donnent des idées de structure, ou un arrangement musical particulier pour une chanson, et c’est ça qui marche.

Qu’est-ce qui t’as inspiré pour cet album ?

Le Ukulele Orchestra of Great Britain, Sam Cooke, The Muppets, HM Bateman, The Temperence Seven, James Brown, ma grand-mère, Cab Calloway, mes enfants, The Harmonicats, et mon vieux groupe de Manchester The Kenyan Tea Corporation.

Est-ce que tu as imaginé des chansons spécialement pour les mini-instruments ? Je pense à Stops ou Ho Hum. Comment as-tu travaillé sur ces morceaux ?

Stops est une chanson à laquelle je pensais depuis longtemps. Je pense que c’est inspiré par The Temperance Seven et le Bob Kerr’s Whopee Band. J’ai toujours pensé que les pauses dans les chansons sont la partie la plus amusante, alors pourquoi ne pas avoir une chanson entièrement composée de pauses ? J’ai écrit la chanson, avec les pauses, et j’ai ensuite demandé à tout le monde d’enregistrer quelque chose de fou sur ces silences. ça c’était la partie la plus facile. La plus difficile était d’éditer le tout, on aurait dit un puzzle géant, et ça m’a presque rendu dingue ! Mes enfants ont aussi aidé pour la partie instrumentale avec des gargarismes et des bruits avec leurs bras (arm-farts).

Pat et la mini batterie, le point de départ du choix des mini instruments pour cet album (photo Will Grove-White)

Quand j’écoute ces chansons je les trouve parfaites pour illustrer un film ou un programme tel que les Muppets. As-tu composé ces titres dans cet esprit ou pas du tout ?

Merci de me dire ça, les Muppets ont une grande influence sur moi ! J’aime toujours les regarder. Quand j’étais petit je rêvais de travailler pour le Muppet Show, mais j’ai fini avec l’Ukulele Orchestra ce qui, franchement, n’est pas tellement différent. J’espère que quelqu’un les utilisera comme musique pour illustrer un travail visuel – avec des marionnettes ou de l’animation. C’est un de mes objectifs pour l’avenir, faire en sorte que cela arrive…

J’ai évidemment relevé un titre en français dans ton album : La vie en nose. Tu joues de la flûte de nez sur ce titre et tu as enregistré des vidéos de toi jouant de la flûte de nez que l’on peut voir sur youtube. Qu’est-ce que tu aime dans cet instrument ?

Bien sûr, j’aime le côté dingue de la flûte de nez, et cela donne un look vraiment peu attrayant à celui qui en joue. Elle fait l’effet d’être tout ce qu’un instrument de musique ne devrait pas être. Mon enthousiasme, je le dois à Nosy Diva et Antoine (noseflute.org), donc si vous voulez vous plaindre merci de vous adresser à eux. Mais La vie en nose rappelle évidemment Grace Jones, qui est elle même assez dingue, et qui prone l’utilisation de truc en plastique dans ces performances (http://youtu.be/kIicwZrkEhY). Je suis sûr qu’elle aimerait la flûte de nez.

Et maintenant ? Tu pense déjà à un troisième album ou est-ce que tu travailles sur d’autres projets ? Des concerts peut-être ?

Un album avec des instruments géants. Non en fait pas vraiment. J’aimerais beaucoup sortir un troisième album rapidement – peut-être un live cette fois – quelque chose de différent. Evidemment j’aimerais faire quelques concerts avec mon groupe et nos petits instruments. Tout le monde est enthousiaste, donc j’espère que nous pourrons organiser cela malgré le planning chargé du Ukulele Orchestra

L’album de Will

Small Fry avec

Will Grove-White Vocals, Ukulele, Sopranino Ukulele, Harmonicas, Pocket Trumpet, Banjo, Kazoo, Noseflute, Ruler, Other Rubbish.

Pat Levett Children’s Drum Kit, Milk Bottle, Matchbox, Other Percussion, Chromatic Harmonica.

Ben Castle Piccolo Flute, Hot Fountain Pen, Clarinets, Swanee and Alto Saxophones.

Dan Teper Melodica, Bar Piano, Accordion.

John Hoare Piccolo Trombone, Pocket Trumpet.

Jonty Bankes Bass Ukulele, Whistling.

Max de Wardener Bull Fiddle.

Dylan Bates 1/16 Scale Violin, Violin, One-String Phonofiddle.

Les Bell Genetically Modified Ukulele.

Mara Carlyle Vocals.

Alex Kidston Tuba.

Chris Morphitis Baglamas.

Sid and Otis Throat Effects, Arm Farts.

L’album est disponible sur le site du ukulele orchestra

Le site internet de Will avec les liens vers son facebook et son compte twitter et sa chaîne youtube.

(1) Cette interview est egalement dispo sur uogbfrogsfan.org

Tags: , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *